JASLab
Accueil
À notre sujet
Science attoseconde
Reserches
Installations
Personnes
Publications
Actualités

Paul Corkum - Biographie

Curriculum vitae

Paul Corkum a commencé sa carrière comme physicien théoricien, mais est devenu un physicien expérimental lorsqu'il s'est joint au CNRC en 1973 à titre de boursier postdoctoral. Ce changement a été relativement facile pour lui parce qu'il avait appris à réparer sa voiture lorsqu'il était aux études supérieures à l'université! Lorsqu'on lui a demandé lors d'une entrevue au CNRC, « Qu'est-ce qui vous laisse croire que vous pouvez devenir un expérimentateur? », il répondit « pas de problème, je peux démonter complètement un moteur de voiture, le réparer, le remonter et le faire marcher! » Le CNRC l'a ensuite embauché.

Au CNRC il s'est d'abord intéressé à la physique des lasers, mais depuis la révolution en technologie des lasers, on utilise maintenant des impulsions laser de forte intensité dans toutes les disciplines. M. Corkum avait prévu leur impact. Il est reconnu principalement pour avoir introduit plusieurs des concepts dans la science atomique et moléculaire en champ intense.

Par exemple, dans les années 1980, M. Corkum avait présenté (et confirmé expérimentalement) un modèle d'ionisation atomique à la fois quantitatif et intuitif. L'ionisation atomique est la production de plasmas, et le modèle décrit également les paramètres de départ de la création de plasmas. Ces travaux sont maintenant perçus comme étant d'une importance fondamentale pour la physique atomique et la physique des plasmas. Le caractère intuitif du modèle a permis à M. Corkum et à ses collaborateurs de proposer une nouvelle approche à la fabrication de lasers à rayons X. Ces lasers sont désignés OFI (ionisation en champ optique) par le groupe du CNRC et leur méthode est l'une des plus importantes dans la recherche sur les lasers à rayons X aujourd'hui.

De nouveaux phénomènes qui ne semblaient pas être reliés avaient été découverts dans le domaine de la physique atomique en champ intense vers le début des années 1990. Deux de ces phénomènes les plus importants étaient la production d'harmoniques élevées et l'ionisation double corrélée (où un atome absorbe des centaines de photons et émet deux électrons). M. Corkum avait élaboré une théorie complète de tous ces phénomènes. Il a par la suite démontré sa validité. Toutes les recherches subséquentes faites dans ce domaine sont fondées sur ce travail.

En se basant sur le soi-disant électron de recollision, la nature intuitive du modèle a permis à M. Corkum de proposer une méthode pour produire et mesurer des impulsions de l'ordre de l'attoseconde. En 2001, M. Corkum et ses collègues de Vienne ont réussi à produire pour la première fois dans le monde des impulsions d'une durée inférieure à une femtoseconde!

Les recherches actuelles de M. Corkum sont axées sur l'exploitation des implications de l'électron de recollision. L'électron de recollision est un interféromètre électronique formé par la lumière d'un atome ou d'une molécule. Comme tous les interféromètres, on peut l'employer pour mesurer les ondes interférentes -- l'électron lié et l'électron de recollision. Cela signifie que l'on peut observer des orbitales.

La recollision réunit la physique des collisions et l'optique, offrant de nouvelles possibilités dans ces deux domaines. Dans le cas de la physique des collisions, la recollision offre pour la première fois la possibilité de faire des expériences de pompe et sonde et des expériences à résolution dans le temps. Dans le cas de l'optique, elle offre des longueurs d'ondes plus courtes et des sources cohérentes à impulsions plus courtes. Toutefois, l'aspect le plus important est que la recollision est une action réciproque d'un électron cohérent, d'atomes ou de molécules cohérentes, et de lumière cohérente, dont on n'avait pas accès auparavant.

Chaire de recherche du Canada en photonique de l'attoseconde, le professeur Corkum est le Directeur de programme Science attoseconde du CNRC et professeur au Département de physique à l'Université d'Ottawa. Au fil des ans, le professeur Corkum a reçu de nombreuses distinctions pour sa recherche novatrice.  Il est membre de la Société royale du Canada (1996) et de la Royal Society of London (2005) et membre élu de l'Académie des sciences des É-U (2009).

Parmi ses prix les plus prestigieux, il est récipiendaire de la Médaille d'or de l'Association canadienne des physiciens et physiciennes pour l'ensemble des réalisations en physique (1996), de la Médaille Tory de la Société royale du Canada (2003), du prix Charles H. Townes de l'Optical Society of America (2005) et du prix de l'électronique quantique de l'IEEE (2005). En 2006, il a reçu le prix Killam en sciences naturelles et le prix Arthur Schawlow en électronique quantique de l'American Physical Society. En 2007, il a reçu l'Ordre du Canada et le Prix John C. Polanyi du CRSNG en 2008.  

En 2013, le professeur Corkum a reçu deux prix internationaux prestigieux, le Prix Harvey du Technion, Israel Institute of Technology et le Prix international du roi Fayçal pour la science. Le Optical Society of America (OSA) lui a octroyé la Médaille Frederic Ives en 2014 et en 2015, le professeur Corkum a été nommé Thomson Reuters Citation Laureate, une distinction réservée aux chercheurs qui sont “dignes d’un prix Nobel” et qui sont susceptibles de gagner un prix Nobel un jour.

Renseignements:
Professeur Paul Corkum,
Département de physique, Université d'Ottawa
Directeur, Programme Science attoseconde du CNRC
L'Institute Steacie des sciences moléculaires
Conseil national de recherches Canada
100, promenade Sussex , pièce 2063
Ottawa (Ontario) Canada K1A OR6
Téléphone: (613) 993-7390
Docufax: (613) 991-3437
Courriel : Paul. Corkum@nrc-cnrc.gc.ca